Actualité

Bob Ratcliffe : « Un projet sur 3 à 5 ans »

Conférence de presse

27 août 2019

Bob Ratcliffe : « Un projet sur 3 à 5 ans »

Ce mardi, au lendemain de l’officialisation du rachat de l’OGC Nice par le groupe INEOS, Robert Ratcliffe s’est présenté en conférence de presse à l’Allianz Riviera. Thème après thème, le Président d’INEOS Football a tracé les grandes lignes de la nouvelle feuille de route rouge et noir.

Le projet

« C’est un projet très enthousiasmant, ça a été long à se conclure, nous avons eu peur de ne pas y parvenir, mais nous y sommes arrivés. Nice est un très grand club, nous connaissions la L1, nous avions regardé ce championnat. Nous avons aussi observé les supporters de l’OGC Nice, c’est un club avec une histoire très importante, une famille. L’Allianz Riviera est un stade où viennent des familles et des enfants. Pour quelqu’un qui, comme moi, vient du nord de l’Angleterre, avoir un club au bord de la Méditerranée et regarder le foot avec des températures élevées, c’est agréable. INEOS est une société qui a commencé avec un chiffre d’affaires de 200 millions et qui génère aujourd’hui 60 milliards de revenus.

Ça a pu être réalisé grâce à l’organisation, la rigueur, le travail et le sens du collectif. Ce sont exactement les méthodes que nous souhaitons appliquer à l’OGC Nice. Nous avons un projet sur 3 à 5 ans, pour faire de l’OGC Nice un club qui puisse arriver régulièrement au niveau européen et y rester. Pour nous, ce projet est un défi. Au départ, nous ne connaissions pas encore tout le monde, mais le peu de personnes que nous avons pu voir sont vraiment très sympathiques et compétentes. C’est un plaisir de travailler avec elles. Nous allons oeuvrer pour l’excellence dans tous les domaines du club, la formation, le commercial, la recherche de sponsors, le merchandising, la diffusion… Tous les éléments qui, les uns avec les autres, vont apporter une grande valeur au club. Nous ne voulons absolument pas arriver et ne faire que dépenser de l’argent. INEOS est fondé sur la recherche de valeur, l'amélioration de l'efficacité et du business, et ce sera exactement la même approche. Ce sont les mots employés par Jim et c’est la philosophie qui va nous animer. »

la transaction

« Nous sommes en mesure de vous dire qu’Ineos est actionnaire du club à 100 %. Mais nous n’allons pas révéler le montant du rachat ».

Les ambitions

« Notre ambition est d'être un concurrent pour le Top 4 de la L1. Le PSG est un très grand club, avec de très grands joueurs, il est très important pour L1. D’une manière plus générale, nous trouvons que la L1 est sous-évaluée par rapport aux championnats anglais, espagnols ou allemand, alors qu’en L1, il y a aussi de grands clubs. Je pense à l’OL et l’OM - même si je m’exprime avec précaution car c’est le voisin. Nous voulons être en concurrence avec eux.

Nous sommes ambitieux, mais nous n’allons pas promettre d’atteindre la Ligue des Champions cette saison ou celle d’après. D’ailleurs à ce sujet, nous souhaitons que 4 clubs français puissent être, à terme, qualifiés pour la Ligue des Champions. »

Le futur organigramme

« Chez Ineos, quand nous investissons, nous analysons les ressources et nous rencontrons les personnes pour décider rapidement. Pour avoir du succès, nous devons avoir d’excellents collaborateurs. Jean-Pierre Rivère (ancien président) et Julien Fournier (ancien directeur général) ? Nous les avons rencontrés, ce qu’ils ont fait entre 2011 et ce début d’année est impressionnant. On va prendre des décisions rapidement. »

Le recrutement

« Nous ne ferons pas d’annonce aujourd’hui, mais il est clair que nous avons l'espoir d'en faire ces prochains jours avant la fin du mercato. Compte tenu de la situation, ce mercato a été difficile, mais il nous reste encore une fenêtre et nous espérons en profiter.

Les jeunes

Si on veut réussir dans ce projet, il nous faut travailler avec des jeunes joueurs. C’est pour ça que le scouting est un axe très important. Autant le dire de suite : nous n’allons pas recruter des joueurs de 27 ou 28 ans. Certes, c’est un risque, mais si on travaille bien, qu’ils ont la bonne attitude et la bonne mentalité, qu’on les encadre bien dans le vestiaire et sur le terrain, ce sera bon pour le club. La semaine dernière, j’ai passé 3 heures avec Dante. Son histoire est très intéressante, il est arrivé très jeune en Europe, dans le Nord de la France, il s’est accroché, a joué dans des grands clubs, parle 4 langues. C’est un modèle, et c’est important que les jeunes aient des modèles dans le vestiaire et sur le terrain. »

Le budget

« Nous allons analyser les ressources du club, nos besoins pour cette saison et la suivante, et investir pour atteindre nos objectifs. Mais comme l’a dit Jim, nous ne sommes pas seulement là pour dépenser de l’argent. Le budget est de 52 millions d’euros ? Nous pouvons le faire augmenter, notamment sur l’aspect commercial et la diffusion, car il ne faut pas oublier que si nous arrivons en Ligue des Champions, on sera pris par le fair-play financier. Il ne s’agit pas seulement d’augmenter les revenus sportifs, mais aussi les revenus commerciaux. »

La place de Patrick Vieira

« J’ai beaucoup discuté avec Patrick. C’est et ce sera un personnage-clef et décisif de notre projet. Ce qui est très important, c’est que Patrick sait parfaitement travailler avec les jeunes, et comme je l’ai dit précédemment, nous allons investir sur les jeunes. Jim l’a également rencontré, nous avons une totale confiance en lui. »

La relation avec Lausanne

« On va réfléchir à une synergie entre les 2 clubs. Lausanne (D2 suisse) est une équipe très importante en Suisse et même s’il est tôt dans la saison, on peut déjà dire qu’on va essayer de jouer la montée, notamment avec nouveau stade qui va être construit. En Suisse, il y a une excellente politique de formation et de très bons jeunes. Pourtant, aucun international A ne joue dans le championnat national. Nous devons observer les meilleurs centres en Europe pour atteindre le même niveau qu’eux. Un exemple récent me vient en tête. Cela date d'il y a deux mois. A Lausanne, nous avions un très bon joueur de 16 ans qui voulait partir pour le Red Bull Salzbourg, lequel avait fait une très grosse offre. Quand je l'ai vu avec son père, je leur ai demandé si leur position pouvait changer si nous achetions l’OGC Nice. Ils nous avaient répondu que cela aurait pu les faire réfléchir, sans aucun doute. Car cela aurait constitué pour lui une progression. Ce qui veut dire beaucoup. De plus, ce sont 2 clubs francophones, ce qui est aussi important. »