Actualité

U17 : le bilan de Patrick Cordoba

Formation

10 juin 2019

U17 : le bilan de Patrick Cordoba

Un départ en fanfare, un passage à vide puis un rebond en fin de parcours. Tel est le chemin emprunté par les U17 de Patrick Cordoba, qui ont achevé le championnat national 2018-19 à la 4ème place du groupe D. L'expérimenté formateur revient sur sa première saison en rouge et noir, également marquée par le beau succès au Tournoi de Montaigu au printemps dernier.

Quel bilan dressez-vous de votre première saison à l'OGC Nice ?
Au niveau de la compétition, le bilan est positif, avec un petit regret. Nous avons bien démarré, en jouant le haut de tableau toute la première partie de saison, mais ensuite nous n’avons pas répondu présent sur certains matchs importants. Le mois de février nous coûte cher, avec des défaites contre Pays d’Aix (2-1) et Monaco (1-2), et le nul à Marseille (0-0). On a eu un mauvais passage avant et après la trêve hivernale.

Comment l’expliquer ?
On s’est peut-être un peu dispersé. Nous avons joué avec une équipe très jeune, et peut-être que les gamins se sont vus trop beaux et ont manqué de concentration à des moments clés. Les matchs se jouent sur des détails, et la différence s’est faite là. Ce qui s’est passé cette saison doit les inciter à gagner en constance.

Une si belle entame doit être compliquée à gérer…
C'est rageant, car tu fais la course devant, et tu finis 4ème.  Après, le championnat est important, mais ce n’est pas une priorité. C’est bien de jouer les premiers rôles, mais l'essentiel reste la progression des garçons. C'est voir ton équipe démarrer à un point A et arriver à un point B. 

« La progression a été homogène »

Justement, en quoi ont-ils progressé ?
Dans tous les domaines : la technique comme la tactique. Mentalement aussi, même si nous avons pêché sur cet aspect, en manquant de constance, individuellement et collectivement. Mais dans l'ensemble, les gamins ont bien adhéré au projet. Ce n'est pas évident, avec les 2003 qui arrivaient de la pré-formation et les nombreux changements dans le groupe en raison des montées en U19 (17 joueurs de la catégorie sont venus garnir les rangs des U19 d’Emerse Faé cette saison). Je suis satisfait car la progression a été homogène.

Fin avril, vous avez aussi remporté le très coté tournoi de Montaigu (U16)
Oui, c’était une belle performance, surtout qu’on a respecté notre philosophie : on a gagné en jouant. On a mis en application ce qu’on travaille toute l’année, en suivant le projet du club. C’est un point positif.

« Des passerelles entre coachs qui nous font progresser »

Cette saison, vous avez découvert une nouvelle méthode de travail, avec des entraînements communs à toutes les catégories. Qu'en pensez-vous ? 
L'objectif est de donner des repères au jeune. On part avec un fil rouge, et une philosophie de jeu. Le gamin n’est pas perdu quand il monte. C’est un choix de travail et nous en sommes satisfaits. Ces passerelles et ces échanges entre les entraîneurs nous permettent de progresser nous aussi. On a également effectué des rotations de coachs entre les catégories : pour les gamins, le travail ne change pas, mais juste l’interlocuteur. C’est à développer et à approfondir un peu plus la saison prochaine. Nous sommes en train de définir nos axes de travail avec les autres formateurs.

Quels seront vos objectifs la saison prochaine ?
Ils seront identiques : réaliser un bon championnat, mais surtout voir les gamins évoluer et progresser au quotidien, pour prétendre monter au-dessus.

Quels sont vos axes de progression ?
Il y a toujours des choses à améliorer, dans la manière de travailler. Nos échanges entre coachs nous permettent de progresser et donc d’apporter une meilleure formations aux joueurs. Nous sommes en pleine discussion pour mettre au point notre méthode de travail en vue de la saison prochaine. Ca ne concerne pas seulement les entraîneurs mais aussi les préparateurs physiques et tout ce qu’il y a autour.

Vous avez une grande expérience dans la formation. Qu'est-ce qui a changé depuis vos débuts dans le métier ?
Tout est mis en oeuvre pour que le gamin optimise sa performance, surtout ici. Il y a le terrain, mais aussi tout ce qu’il y a autour : l’hygiène de vie, l’alimentation, les soins. A Nice, tout l’environnement est propice pour permettre la progression du jeune joueur. Après, il ne faut pas non plus que l’effet inverse se produise : le joueur ne doit pas sentir que tout est déjà acquis, et qu’il se mette dans un confort susceptible de le faire stagner. Mais dans l’ensemble, c’est très, très positif. On maximise les chances de faire progresser nos gamins dans tous les domaines. On essaie aussi de les faire progresser dans leur culture personnelle, pour les mettre sur la voie du succès. On a par exemple des petit-déjeuners obligatoires le lundi et le mercredi. Ca leur fait prendre conscience de l’alimentation nécessaire avant une bonne séance d’entraînement. 

Il y a aussi les interventions avec les anciens Aiglons, comme récemment avec Kamel Larbi et Cédric Varrault.
C’est vraiment très intéressant ! Surtout qu’il y avait deux profils différents, que tu retrouves forcément dans le football. J’en ai vu passer à côté de leur carrière, alors qu’ils étaient pétris de talent, et à l’inverse d’autres réussir à force de travail, alors qu’ils partaient de beaucoup plus loin. C’est une chance que les anciens jouent le jeu comme ça. Ca contribue, là aussi, à donner des billes aux gamins.

Ça ne concerne pas directement la catégorie U17, mais Patrick Vieira a appelé beaucoup de jeunes joueurs cette saison...
Ca confirme l'image que j'avais de l'OGC Nice avant d’arriver : celle d’un club qui fait confiance aux jeunes. Pour un formateur, c’est tout bénef’ : ton travail trouve un aboutissement. Pour Alain, Laurent, Emerse, qui oeuvrent depuis plusieurs années à la formation, c'est beau de voir leurs petits atteindre ce niveau. C’est également très important pour le recrutement. C'est un argument-clé lorsque tu veux convaincre un jeune de rejoindre ton centre de formation. Et je sais de quoi je parle (il a déjà exercé les fonctions de recruteur, ndlr).

Comment votre groupe sera-t-il composé la saison prochaine ?
Il comprendra des joueurs nés entre 2003 et 2004. Il y a de nouveaux joueurs qui vont arriver, en complément de ceux issus de la pré-formation. Certains 2003 vont rester avec moi, d’autres vont monter avec les U19, toujours dans une logique d’équilibre des groupes.

F.H.