Actualité

Le Gym ne s

Nice 0-1 Marseille

21 octobre 2018

Le Gym ne s'en est pas relevé

En manque de réalisme, puis en manque d'essence, l'OGC Nice s'est incliné contre l'OM en clôture de la 10e journée de L1 (0-1). Il n'aura pas su se relever d'un but de son adversaire juste avant la pause, contre le cours du jeu.

L'histoire aurait pu être belle. Le monde, l'ambiance, le jeu, les occasions... Finalement, l'histoire fait mal, et reste difficile à digérer. Injuste. Frustrante. Rageante. Pour trouver le résumé du premier acte, vous pouvez piocher dans l’adjectif qui vous convient, car le Gym domina de la tête et des épaules, mais ne trouva pas la faille, et se fit punir sur l’unique opportunité marseillaise : une frappe de Sanson en pivot, suite à un centre de Bouna Sarr, juste avant la pause (0-1, 42’). Il ne s'en releva jamais, malgré un coaching offensif de Patrick Vieira. Pis, il baissa du pied au moment où il aurait dû accélérer, laissant le champ libre à un OM qui n'était pas meilleur, mais qui sort vainqueur, avec métier, grâce à son seul tir cadré du match.

Pourtant les Aiglons mirent presque tout dans leur entame de derby. De la justesse dans leurs transmissions, notamment grâce à Tameze en plaque tournante, de l’intelligence tactique, en 3-4-1-2, avec Myziane en électron libre entre les lignes. Quelques renversements, mais pas assez, tant il y eut des boulevards dans les couloirs, dans lesquels Atal et Boscagli s’infiltrèrent sans cesse, sans être toujours servis.

Il y eut également des occasions. Beaucoup. Pour son retour dans le 11, Mario - intéressant dans le jeu - se chauffa d’entrée, mais enleva trop son premier essai (6’), puis tomba sur Mandanda lors du 2e (15’) et du 3e (23’), le portier phocéen ayant parfaitement bouché son 1er poteau sur une frappe puissante de l’Italien. Italien qui fut devancé au second poteau par Bouna Sarr, à la suite d’une différence énorme de Saint-Maximin côté droit, puis d’un centre au cordeau du n°7 (38’).

Pour le reste, Myziane trouva les gants de l’international français (9’), tout comme « ASM », et l'amertume gagna le coeur des amoureux du Gym quand le voisin prit un but d'avance. Avance finalement décisive.

Les Niçois prirent un sérieux coup de bambou sur l'ouverture du score, et faillirent en prendre un 2e au retour des vestiaires, lorsque Sanson cogna à une touche un nouveau centre venu de Bouna Sarr, sur lequel Atal se sacrifia (47').

Très vite, le coach Vieira changea de système, fit entrer Danilo à la place de Boscagli et passa en 4-3-3, mais les Azuréens éprouvèrent des difficultés à remettre du rythme dans les débats. Ce qui arrangea bien les Provençaux...

Nice jeta toutes ses forces dans la bataille dans les 20 dernières minutes. La lourde de Mario fut contrée par une jambe bleue, celle de Cyprien passa à côté (73'). Les enchaînements se firent plus précis. L'intensité revint, peu à peu. L'Allianz, douchée, commença à y croire. Le coach Vieira lança deux attaquants (Ganago et Srarfi) à la place d'un milieu  (Cyprien) et d'un arrière (Sarr); Rudi Garcia deux défenseurs (Caleta-Car et Hubocan) à la place de deux créateurs (Sanson et Payet), et les locaux poussèrent. La demi-volée maline de Dante sur corner flirta avec la barre (80'). La frappe de Myziane fut contrée mais s'envola au-dessus (86'), comme celle de Saint-Maximin (92').

Finalement, l'étincelle ne vint pas. 

Aux Aiglons de la recréer, dès le prochain déplacement à Bordeaux.

C.D.

A Nice, Allianz Riviera,
OGC Nice 0-1 Olympique de Marseille (0-1 à la mi-temps)

10e journée de L1 - 21/10/2018

30 754 spectateurs

Arbitre : Amaury Delerue

Buts : Sanson (42') pour Marseille

Avertissements : Atal (59'), Dante (85'), Balotelli (88') pour Nice ; Radonjic (92')

OGC Nice : Benitez - Atal, Hérelle, Dante (cap), Sarr (Srarfi 85'), Boscagli - Tameze, Cyprien (Ganago 78') - Myziane - Saint-Maximin, Balotelli.

O. Marseille : Mandanda - Sarr, Rami, Kamara, Amavi - Lopez, Strootman, Sanson (Caleta-Car 78') - Radonjic, Germain (Mitroglou 90'), Payet (cap) (Hubocan 79').