Actualité

Comment sera utilisée la vidéo ?

Arbitrage

10 août 2018

Comment sera utilisée la vidéo ?

La VAR expliquée en vidéo

À partir de cette saison, l’assistance vidéo à l’arbitrage, autrement appelée la « VAR », sera introduite en championnat. Un dispositif que les Aiglons connaissent déjà puisqu’ils l’ont inauguré en janvier dernier dans le cadre des quarts de finale de la Coupe de la Ligue contre l’AS Monaco. 
L’expérimentation a aussi eu lieu ces derniers mois sur près de 80 matchs amicaux et plusieurs rencontres de différentes compétitions en France. Comment sera-t-elle utilisée en Ligue 1 Conforama ? Dans quelles situations l’arbitre central peut-il avoir recours à la vidéo ? Récapitulatif.

DANS QUELLES SITUATIONS ?

La VAR sera uniquement utilisée pour valider (ou non) un but, pour siffler (ou non) un penalty, pour vérifier l’identité du joueur sanctionné, et pour infliger (ou non) un carton rouge direct.

QUELLES PROCÉDURES ?

Depuis un van situé à l'extérieur du stade, l’arbitre assistant vidéo contrôle et analyse les images selon les angles et les vitesses qu’il demande à l’opérateur de manière indépendante à ce qui est diffusé à la télévision. S'il effectue un « contrôle silencieux » tout au long de la rencontre, son rôle est principalement de communiquer un avis technique à l’arbitre de champ en cas de contrôle d’une des 4 situations (listées ci-dessus) nécessitant de retarder la reprise du jeu. A ce moment, l’arbitre met son doigt sur l’oreillette signifiant ainsi qu’il est en communication. Pendant le visionnage, un arbitre assistant vidéo auxiliaire garde l’œil sur le terrain pour suivre le déroulement du jeu et le management de l’arbitre. 

ET POUR LE PUBLIC DANS LE STADE ?

Lorsqu’un arbitre fait le signe d’un écran de tv, cela peut avoir deux significations : un visionnage simple par l’assistant vidéo (hors-jeu, franchissement de ligne lors d’un but ou d’une sortie de balle, précision sur l’endroit où la faute a été commise dans une situation de penalty,...) ou la nécessité pour l’arbitre central d’aller visionner lui-même les images sur un écran lorsque la situation est sujette à interprétations (penalty, carton rouge direct,…) comme cela avait par exemple été le cas lors de la finale de la Coupe du Monde.
Lorsque l'arbitre visionnera la situation litigieuse, celle-ci ne sera pas diffusée sur les écrans géants du stade. Mais chaque recours à l’assistance vidéo sera signalé par le message « assistance vidéo en cours ». La décision retenue (but accordé, penalty annulé,…) sera également affichée. 

LA GOAL-LINE TECHNOLOGY DE RETOUR

Ce procédé, qui permet de vérifier si le cuir a franchi effectivement la ligne de but, sera de retour en 2018-19. C'est la société Hawk-Eye, également nommée pour l'assistance vidéo à l'arbitrage, qui en assurera dorénavant le déploiement.