Actualité

Saint-Maximin, meilleur Espoir

Club

14 mai 2018

Saint-Maximin, meilleur Espoir

Egalement cité parmi les hommes de l’année, Allan Saint-Maximin est votre Espoir de la saison 2017/2018. La bombe des couloirs n’a même pas laissé planer le doute sur une élection qu’il remporte d’une main de maître (83 % des votes) devant Malang Sarr (4%) et Bassem Srarfi (2%).

Il fait partie des hommes qui font lever les stades. « Des briseurs de reins » pour qui l’on se déplace. Août (où il fut sacré Aiglon du mois) symbolise à la fois ce qu’il peut apporter et la marge de progression qu’il possède devant lui. Impossible à cadrer au un contre un – même dans un barrage de Ligue des Champions - mais encore perfectible dans le dernier geste, « Maximus » n’a, en tout cas, pas manqué sa première saison avec le maillot rouge et noir.

Electrique, il a inscrit 5 buts et délivré 9 passes décisives toutes compétitions confondues (en 37 apparitions). En offrant quelques moments savoureux et en laissant émerger de sacrées promesses. « Ça me fait énormément plaisir, confirme le numéro 7. Être à la fois meilleur Espoir et sur le podium de l'Aiglon de la saison est une fierté, et je pense que c'est de bon augure pour la suite. Merci à tous  ».

Deux autres jeunes pousses complètent votre podium. Deux profils différents. Arrivé à l’hiver 2017, Bassem Srarfi (7%) a fait plus ample connaissance avec la L1 et l’Europe. Plus constant, plus physique, capable d’éclairs, celui qui est devenu international tunisien, a inscrit 3 buts au cours de ses 33 apparitions. 

Formé au club Malang Sarr (4%) boucle, à 19 ans, son deuxième exercice dans l’élite. Solide, le défenseur emmagasine de plus en plus d’expérience. A son actif : 28 apparitions (toutes compétitions confondues), dont 21 titularisations.

"mon moment fort"

Allan Saint-Maximin : « Je vais dire le match à Toulouse. C'était ça LE moment le plus fort, parce qu'on était dans le dur et on parvient à gagner 2-1 sur le fil. C'est à partir de là que nous avons commencé à revenir et à remonter. Ça a été l'élément déclencheur et, derrière, on a fait ce qu'il fallait pour accrocher l'Europe. Maintenant, il faut terminer le travail, on va tout faire pour !  »